Fermeture de la ligne Bort-Eygurande : une affiche de contestation

Le confinement a parfois du bon, car le temps libre peut être mis à profit pour ouvrir de vieilles malles et ainsi, retrouver quelques trésors.

Je partage avec vous la photographie d’une affiche issue de mes collections personnelles (format original de cette affiche d’imprimerie : 60cm x 80cm).

Pour la petite histoire :

Après la seconde guerre mondiale, la construction du barrage de Bort-les-Orgues allait avoir comme conséquence la coupure de la ligne de Bort à Ussel (par Eygurande), et par essence, de la liaison initiale « ligne du vin biterrois » de Béziers à Paris via Montluçon.

A quelques mois de la mise en eau du Barrage de Bort (1950), les élus locaux et la population se mobilisèrent, devant l’inaction de la S.N.C.F et des autorités, pour exiger la continuité de la desserte ferroviaire.

Les débats furent si houleux qu’un élu local fut terrassé par une crise cardiaque lors d’échanges vigoureux.

Une manifestation rassemblant de plus de 15 000 personnes eu également lieu.

Pour calmer les contestations, des travaux annoncés comme pharaoniques et rapides ont été présentés, à savoir le percement d’un tunnel entre le pied du Barrage et le hameau de La Fourcherie sur la commune actuelle de Sarroux-Saint-Julien. Ce tunnel aurait eu des dimensions déjà hors-normes pour l’époque, à savoir autour de 7Km de long.

Mais rien n’y fera, la lente agonie de la desserte ferroviaire de Bort-les-Orgues venait de commencer…

Car en 1955, les travaux furent stoppés. Plusieurs motifs sont mis en avant : gouffre financier, promiscuité entre l’assise du barrage et le tunnel côté Bort, infiltrations irrémédiables sur l’un des points du chantier, etc.

De nos jours :

Les vestiges de ces travaux sont d’ailleurs toujours accessibles :
+ à La Fourcherie, la tranchée ouverte* (noyée) est visible.
+ sous les lieux-dits « Le Chassang » et « Vioux », une galerie* est noyée ainsi que des agrès d’accès*. C’est d’ailleurs dans ce secteur qu’est localisée la seule partie « percée » du tunnel (estimée tout de même autour de 1500m de longueur).
+ également, une grande porte métallique au pied du Barrage de Bort n’ouvre que sur un percement initial de moins de… 50m*.

Revenons-en à la photo :

Cette affiche nous transporte donc à quelques jours du 13 mai 1950, où à 21h40, le dernier train pour Paris quittera les quais de la gare de Bort-les-Orgues. On y découvre les exigences de la continuité ferroviaire par les travaux annoncés. Notez la référence historique à l’indicateur « Chaix ».

Pour zoomer, passer le pointeur de votre souris ou votre doigt.
Pour approfondir :

Je vous recommande cet excellent document : http://www.tunnels-ferroviaires.org/tu19/19252.S.pdf


Collectionnez nos Cartes Postales Ferroviaires pour 0,80€ l’unité !
Notre boutique en ligne associative vous propose de passer commande :
https://boutique.rail-ussellois.fr

N’hésitez pas à donner votre avis en commentaire, toutes suggestions et idées étant bonnes à prendre.

* Avertissement : Les accès à ces lieux sont dangereux et parfois sis en des lieux privés. Ne vous y aventurez pas sans précautions ni sans respecter la législation.

Technicien Qualité - Industrie Aéronautique, Aérospatiale et Défense | +

Bénévole pour Le Rail Ussellois depuis une dizaine d'années, je participe à la présence en ligne de l'Association en apportant mon aide sur ses réseaux sociaux, son site Internet ainsi que sa boutique en ligne.
Mes domaines de prédilections ferroviaires sont les lignes secondaires, les lignes de montagnes et plus particulièrement les secteurs Auvergne / Limousin et Jura.
Des clichés d'autorails unifiés tels que les X 2400, X 2800 mais aussi de motrices telles que les BB 67400 et BB 66000 sans oublier les draisines D.U. suffisent à mon bonheur, d'autant plus si vous ajoutez de la neige dans le décor.
Je partage volontiers les photographies et les documents issus de mes propres collections ou de celles qui m'ont été confiées.

Auteur/autrice : Stephane SIBOT

Bénévole pour Le Rail Ussellois depuis une dizaine d'années, je participe à la présence en ligne de l'Association en apportant mon aide sur ses réseaux sociaux, son site Internet ainsi que sa boutique en ligne. Mes domaines de prédilections ferroviaires sont les lignes secondaires, les lignes de montagnes et plus particulièrement les secteurs Auvergne / Limousin et Jura. Des clichés d'autorails unifiés tels que les X 2400, X 2800 mais aussi de motrices telles que les BB 67400 et BB 66000 sans oublier les draisines D.U. suffisent à mon bonheur, d'autant plus si vous ajoutez de la neige dans le décor. Je partage volontiers les photographies et les documents issus de mes propres collections ou de celles qui m'ont été confiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.